Comment marche une classe virtuelle en entreprise ?

La mise en place d’une classe virtuelle en entreprise, un chemin qui vous paraît long ? Que nenni, découvrez le témoignage de Beata  qui vient d’organiser sa première session de classe virtuelle autour du marketing. Interview. 

Bonjour Beata, merci pour ton témoignage ! Alors, comme tu vas après cette semaine de classe virtuelle ? 

Très bien, merci ! Et pas du tout traumatisée comme tu peux le voir (rire). On a vécu une semaine intéressante, riche en découvertes et qui donne déjà des idées pour la suite ! 

Super ! Alors, raconte-nous un peu le contexte : tu es en charge des formations Super ! Alors, raconte-nous un peu le contexte : tu es en charge des formations chez ADEO pour les services marketing des BUs d’ADEO, et là, en plein confinement, vous aviez une semaine de formation prévue de longue date, avec des apprenant·e·s des quatre coins du monde, bloqué·e·s chez eux. Il a donc fallu prendre une décision…

Oui, tout à fait. Cette formation concernait la compréhension des stratégies métier, qui est un enjeu important pour tous les leaders de marketing, centrale d’achats, opérationnel.. On aurait pu décider de reporter cette formation, mais cela aurait bloqué les dirigeants , et empêché de pouvoir avancer sur leurs dossiers, surtout que c’était le deuxième volet d’une formation commencée en février. Donc, on s’est dit qu’on allait la maintenir, et qu’il existait bien des solutions pour ça

Justement, vous n’aviez pas de solution technique pré-existante… Comment vous-êtes vous débrouillés ? 

En appelant les bonnes personnes ! Nous avons eu deux interlocuteurs phares : IDLM (Institut de Développement Leroy Merlin France ndlr), avec son responsable des outils digital learning, Thibault Galy-Dejean, qui nous a proposé le studio permanent au siège de Leroy Merlin France, juste à côté de chez nous; et l’Agence AV Prod, avec qui nous travaillons depuis de nombreuses années, sur différents domaines. Floriane, la directrice de Learning Solution d’AV Prod, connaît très bien Thibault, parce qu’ils travaillent ensemble – c’est notamment elle qui a fait installer le studio et qui gère les formations et autres interventions en livestream qui ont lieu hebdomadairement chez Leroy Merlin. Donc nous partions avec une équipe d’experts, qui connaissaient bien notre ADN et qui ont su répondre à nos demandes : on va dire qu’on ne s’est pas occupé de la technique, et c’était vraiment agréable.

Notre cahier des charges était pourtant à première vue un peu complexe : nous avions des intervenants en France, mais notre principal intervenant était à Madrid. Il a donc fallu installer un plateau pour faire un duplex. A cela, on avait 12 participants dans 6 pays, et donc différentes langues ! Notre formation était donc en duplex mais aussi traduite en simultané : c’était un sacré démarrage pour une classe virtuelle, un format pas encore utilisé dans notre entreprise ! 

Comment s’est passé la mise en place ? 

Et bien j’avoue que pour la technique, je me suis complètement reposée sur les équipes d’AV Prod en coordination avec Thibault. Notre équipe avait déjà rencontré Floriane, notamment lors d’une autre formation, donc là-dessus, on savait qu’on était entre de bonnes mains ! Ce qui est aussi à souligner, c’est que nous avons confiance en Floriane parce qu’au-delà de l’aspect technique, elle a une vraie expertise en learning, et donc comprenait parfaitement les enjeux pédagogiques quand on lui demandait de trouver une solution ! Nous faisions part de nos demandes, et eux s’occupaient de trouver des solutions ! C’est important pour nous, on achète pas seulement une solution technique, on “achète” aussi les conseils et la confiance de pouvoir mener sereinement nos projets à terme.

A quoi ressemblait cette classe virtuelle ? 

Et bien même s’il faut évidemment adapter le format et le contenu, il reste quand même des incontournables : on commence par accueillir tout le monde ! Ensuite, un ice breaker ou un réveil pédagogique puis on enchaînait sur 45min d’intervention (c’est le maximum je trouve à distance), où on pouvait poser des questions, répondre à des sondages. Ensuite, des sessions de 15min d’échanges, puis une autre session. En fin de journée, on était plutôt sur des feedbacks, des retours, des approfondissements sur certains sujets en fonction des questions. Notre volonté c’était vraiment d’être interactif.ve.s, avec des exercices en sous-groupe, un whiteboard, des sondages… et ça a vraiment été apprécié par les apprenant·e·s ! 

Classe virtuelle Beata ADEO

Justement, est-ce que vous avez eu les retours suite à cette première classe virtuelle ? 

Oui ! On a fait les debriefs d’équipes et avec les apprenant·e·s, et c’est vraiment des retours positifs ! Même si globalement le format présentiel reste plébiscité, tout le monde a apprécié la formation. Les intervenant·e·s se sont senti·e·s à l’aise devant la caméra, les stagiaires ont pu s’exprimer, c’était interactif. Et puis vu le contexte, les contraintes et les délais (parce qu’on a aussi tout organiser à distance !), on a reçu beaucoup de bravos pour l’organisation, et aussi le courage de se lancer dans ce qui finalement été une super expérience ! 

C’est génial ! Bravo encore ! Alors tu penses que vous allez recommencer ? 

Bien sûr, on a déjà prévu une nouvelle session en septembre ! Je pense que la classe virtuelle en entreprise, ça marche. Pour nous, c’est évident qu’on va les développer, et profiter des possibilités offertes. Alors ça ne remplace pas le présentiel c’est sûr, et nous continuerons également ! Je trouve que ces deux formats sont très complémentaires, parce qu’avec le digital, on peut à la fois réduire une partie des coûts mais surtout profiter des temps en présentiel pour être vraiment plus dans l’échange, le partage.

Et avec cette solution à distance, on touche aussi plus de monde, c’est un peu le bonus du digital ! Là où une seule personne par pays pouvait venir, maintenant ils peuvent assister à plusieurs à la formation, et ensuite échanger entre eux de ce qu’ils ont retenu ! Plus de monde va grandir : passer d’une personne à douze, c’est un énorme pas dans la transmission et la montée en compétences des équipes. La dimension est vraiment différente. Donc mon conseil, c’est de mixer les deux, pour avoir les avantages de chaque ! C’est le format blended que je recommande maintenant. Cette solution permet d’utiliser les pédagogies différentes et atteindre différents objectifs.

Merci encore pour ce retour  ! Un petit mot de la fin peut-être ? 

Et bien, merci encore à Floriane d’abord ! On sait que c’était un challenge, mais ça a été réussi, on est vraiment contents ! Et je dois avouer que depuis le confinement, avec l’obligation de trouver des solutions, je suis devenue ambassadrice de ces outils, même dans mon engagement associatif ! Je n’ai plus peur : je sais qu’il y a forcément des différences et des pertes par rapport à la formation en présentiel, mais je crois vraiment dans la mise en place des parcours blended learning qu’on est en train de mettre en place. Et ça montre aussi que nos métiers sont passionnants, plein de challenges et de belles découvertes ! Donc, au plaisir de retrouver les équipes de Floriane et d’AV Prod pour les prochaines classes virtuelles ! 

Ce sera avec plaisir aussi ! Merci encore Beata et bonne continuation ! 

Et si vous souhaitez plus d’informations sur la mise en place de classe virtuelle dans votre entreprise, n’hésitez pas à aller voir la vidéo de Thibault et Floriane juste ici !

Classe virtuelle prestataire