Digitaliser ses formations : fausse bonne idée ?

Aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec Floriane, directrice Learning Solution, pour parler de la digitalisation des formations ! Allez hop, c’est parti !

Salut Flo ! Donc toi, chez Learning Solution, tu t’occupes de tout ce qui est digital learning ?

Flo – C’est exactement ça. J’accompagne les organisations dans la mise en place de parcours de formation digitale complets, de créations de contenus spécifiques, type vidéos pédagogiques, microlearning, ou encore dans la mise en place de solutions techniques, comme notre learning management system.

Eh beh, sacré boulot ! Donc j’ai envie de te dire que toi, tu es quand même plutôt convaincue par la formation digitale…

(rire) Oui, j’avoue, si je fais ce métier, c’est parce que je vois – je sais même, quand je vois le retour des client.e.s – tout ce que la digitalisation peut apporter en terme d’apprentissage, de performance et de facilité à la fois aux collaborateur.trice.s mais aussi aux équipes formations et RH !

Ok, je vais quand même te demander de te faire l’avocate du diable ! Si tu devais me donner 3 bonnes raisons de ne PAS passer à la digitalisation de mes formations ?

On va pas se mentir, le côté échange, contact avec les personnes est quand même assez diminué, on perd en chaleur humaine. Ensuite, je dirais que les possibilités sont encore limitées dans la mise en pratique, notamment pour tout le pan un peu plus « innovation », avec les réalités virtuelles et augmentées : les gens sont encore assez frileux, la demande étant faible, les coûts de production, la mise en oeuvre (dans le temps) et la complexité de création font que tout est encore assez au ralenti.

Et enfin je dirais que ça met une plus grande responsabilité sur chaque apprenant.e, il doit être plus acteur/actrice de sa formation, il/elle est un peu moins suivi, l’obligation de participer est plus aléatoire qu’une session présentiel. Il y a donc un véritable enjeu de coaching de chaque personne, de suivi. L’humain passe aussi par là quand on parle de digitaliser sa formation !

Et maintenant si tu devais me convaincre de passer en elearning ?

Ça parait évident mais, c’est dans l’air du temps ! Alors non pas qu’il faut faire quelque chose sous prétexte que c’est la mode, en revanche le « bon » digital learning, celui qui va vraiment apporter à votre organisation, surfe sur les codes et les pratiques numériques actuelles. On a ainsi l’impression d’un prolongement entre des gestes qu’on fait pour se détendre, s’informer et un transfert qui se fait dans le cadre de l’apprentissage et qui est vraiment intéressant. C’est une fluidité, on pourrait dire « effortless », dans les mécanismes de formation qui peut vraiment faire la différence.

Ensuite, et c’est lié à mon dernier point « avocat du diable » (rire), c’est qu’on demande aux apprenant.e.s d’être plus acteur.trice de leur parcours, et donc ça le rend aussi plus maitre de son apprentissage, ça conscientise. C’est très lié également au fait qu’on a la possibilité de pouvoir apprendre à son rythme, de le faire en fonction de ses temps dispos, quand on ressens un besoin ou quand on s’offre une nouvelle « routine », par exemple, je fais un micro-learning de 2min tous les matins avant de commencer pour apprendre encore mieux un nouveau produit !

Merci pour ce tour d’horizon Flo ! J’espère que ça va permettre de voir plus clair aux personnes qui se posent des questions ! Et j’en profite pour faire la pub de ton dernier livre blanc…

(rire) oui oui tu peux ! Il est assez complet, et son but, c’est de vous donner 5 clefs pour que passer au elearning ne soit pas une souffrance ! N’hésitez pas si vous êtes en pleine réflexion sur le digital learning !